> Archives > Homélie de l’Avent 2016 > Homélie du premier dimanche de l’Avent - Année A, 2016

Pendant l’Avent, nous avons, selon les divers évangélistes, le même schéma à savoir pour le 1er dimanche une vision de fin des temps, puis pour le 2ème et le 3ème Jean-Baptiste, et pour le 4ème l’Annonciation.
Mais si nous prenons les premières lectures nous avons le prophète Isaïe.
Aussi je vous propose de ne pas partir directement des Évangiles mais d’un thème, clair en ce premier dimanche et sous-jacent chez Isaïe, à savoir la fin des temps.
Si le Carême nous prépare à la Pâque du Christ, l’Avent nous prépare à la naissance de Jésus.
Cependant, pour l’Église, il y a deux irruptions de Dieu dans nos vies humaines :
-  La première c’est la Nativité, l’irruption de Dieu dans notre histoire humaine, par son Incarnation.
-  La seconde c’est le retour du Christ à la fin des temps.
L’Avent met en valeur cette attente du retour du Christ. Cela est parfaitement souligné dans l’oraison de la messe dont je vous cite le centre : « Donne à tes fidèles, Dieu tout-puissant, d’aller avec courage sur les chemins de la justice à la rencontre du Seigneur pour qu’ils soient appelés lors du jugement à entrer en possession du Royaume des cieux » ; vous pouvez voir qu’il n y a là aucune allusion à la nativité !
Ce thème est souligné dans la lettre aux Romains :
« L’heure est venue de sortir de votre sommeil, car le salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants ; la nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. »
Il faut savoir que les premiers chrétiens croyaient que le retour du Christ était proche et qu’ils le connaitraient !
Aujourd’hui c’est l’inverse, nous sommes dans un monde où nous nous sommes installés.
Et il y a des courants de pensées très différents.
Le plus ancien c’est celui de la vision cyclique du monde : au bout d’un certain nombre d’années, c’est la fin du cycle, avec quelques survivants et tout repart au point de départ avec l’idée de catastrophes successives.
Le plus courant c’est de croire que notre monde a une fin et que tout débouche sur le néant.
L’arme nucléaire, la pollution incitent à croire que l’homme peut mettre fin à sa propre existence terrestre …
Mais où est DIEU dans tout cela ?
Il est le grand absent !
Et l’humanité est face au mystère de sa propre existence. Même si les savants affirment qu’il est d’une improbabilité absolue que depuis le bing bang des origines surgisse un être humain doué d’intelligence, cela nous conforte dans notre certitude d’être voulus et créés par Dieu.
Mais comme beaucoup d’hommes veulent nier l’existence de Dieu au nom de leur liberté ou de leur savoir, ceux-ci refusent de se poser la question du but de leur vie.
Certes ils y répondent par le savoir, le pouvoir et la jouissance.
Mais qu’en est-il des pauvres, des handicapés et des malades ?
Il y a heureusement la réponse chrétienne.
Et ce Dimanche de l’Avent nous affirme que l’histoire de l’humanité n’est pas cyclique mais linéaire c’est-à-dire qu’elle a une origine et une fin, et que notre monde aura une fin, mais une fin voulue par le Père lui-même, envoyant son Fils afin d’instaurer le royaume de Dieu.
Pourquoi une telle affirmation ?
Nous la trouvons dans la Parole de Dieu. Dans les Actes des Apôtres, au moment de l’Ascension, il est dit : « Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »
Nous devons, nous catholiques, mettre la totalité de notre foi en notre propre résurrection et dans le retour du Christ à la fin des temps.
Mais ce retour du Christ n’est pas lié à notre capacité de détruire notre monde par la pollution ou l’arme nucléaire qui mettrait fin à notre existence humaine.
Seul le Père connait l’instant du retour de son Fils.
Et l’Évangile de ce jour nous donne une belle mise en garde : « C’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le FILS de l’homme viendra. »
Il faut souligner que le terme « fils de l’homme » désigne le Christ.
Toujours dans ce même esprit nous pouvons lire une partie de la préface :
« Il viendra de nouveau, revêtu de sa gloire, afin que nous possédions dans la pleine lumière les biens que tu nous as promis et que nous attendons en veillant dans la foi. »
Pour terminer, regardons ce que nous dit le catéchisme de l’Église catholique :
« Le jugement dernier interviendra lors du retour glorieux du Christ. Le Père seul en connaît l’heure et le jour, Lui seul décide de son avènement. Par son Fils Jésus Christ Il prononcera alors sa parole définitive sur l’histoire, nous connaitrons le sens ultime de toute l’œuvre de la création et de toute l’économie du salut. »

SPIP | mentions légales | | Suivre la vie du site RSS 2.0